03/03/2011

Le flip ou le flop?

Le Flip ou le Flop ?

La gauche flippe, donc la droite floppe... normal.

Cela étant, en tant qu’élue de ce conseil municipal, j’observe que celles-et ceux, qui, majoritaires à ce conseil, se sont fait avec moi les plus jolis anniversaires, m’ont envoyée à la direction du chœur municipal – en souvenir  et au nom de notre regretté Alain Marquet (Les Verts) - m’ont fait revenir de vacances à l’occasion de certaines Fêtes pour s’en assurer l’ambiance (AGT), espéraient que je serais  des leurs dans les voyages de commissions - histoire de ne point trop s’y ennuyer (Alternative), ont partagé librement et dans la convivialité de purs moments de sincérité, des vrais moments d’humanité, sont en somme de sinistres comptables. J’en prends acte et j’apprends, grâce à eux, désormais,   à ne plus (me) dépenser sans compter. Sans regrets. 

 

 

Quand à parler de politique de la Ville...

Le bilan: une législature de débats fleuves - mes hommages aux valeureux combattants - portant davantage sur la forme, que sur le fond. Zéro en terme de volonté de faire prévaloir un vrai projet de cité phare sur les petites querelles provinciales du type: qui a dit quoi de qui. Une législature pour rien. Ma réaction: Proposer un Quelque chose face au moins que Rien! Avec la ferme espérance que le Quelque chose l'emporte sur le moins que Rien, affaire de liberté et de responsabilité.  

 

 

14:17 | Lien permanent | Commentaires (1) | |  Facebook

Commentaires

Bravo! ENFIN une “Candidate atypique”

Contrairement à la Tribune de Genève moi, je vous présente ‘le prix d’excellence’ pour votre discours. (Voir Le Matin, 20 avril 2010)

Votre prestation “étrange, cotonneuse, parfois poétique, émaillée de citations et questions théoriques...” nous donne de l’espoir d’avoir enfin trouvé une individuelle.

Mais pourquois le parti Libéral ? J’imagine qu’on a moins de chance d’être élu sans le soutien d’un parti. Espérons vivement que vous restiez une politicienne lucide et juste.

“C'est l'histoire d'une élue qui veut porter les couleurs de son parti, son parti ne croit pas vraiment en elle, mais finit tout de même par la désigner, faute de mieux.” (Le Matin, 20 avril 2010) Ils ont bien choisi malgré eux. Le combat est pour l’âme de notre chère patrie.

Exigeons de nos élus qu’ils placent la transparence, l’intelligence et un vrai attachement à la Suisse au-dessus des ambitions personnelles.

Mettons fin au jeu politicien des partis. Votons pour les individus, et non pour des listes, afin d’empêcher la suffocation de la vie politique.

Choisissons des individus capables d’une vraie réflexion, des individus qui savent éviter toutes idéologies amenant aux extrémismes et nous privant de notre liberté de choix.

Faisons notre propre liste !
La prochaine fois une Florence Kraft-Babel independante et bien aimée.

Écrit par : TaurusLucidus | 08/03/2011

Les commentaires sont fermés.