20/04/2011

J+3

Retrouvailles avec la Musique, après beaucoup de bruit.

Le madrigal en sept parties sur les paroles du Christ en croix de Gounod est un chef d’œuvre.

De Palestrina il a la clarté, de Lassus la légèreté, de Gesualdo la substance, de Mendelssohn la chaleur, de Gounod, enfin, la couleur. Une partition confiée exclusivement aux voix les alliant par  quatre pour finir à huit.  De la sobriété à  la magnificence.

A la première lecture, l’œuvre semble facile. A la seconde, intense, à la troisième surprenante, à l’avant- veille du concert constamment ressourçante. Plus on la chante moins on se fatigue...A puiser sans fin  dans les arcanes de la foi,  de la prière et du mystère. Quelque chose qui sublime les dogmes, les programmes, les règles. Les notes bleues, dirait Chopin. Que des notes bleues.

Ce soir, Générale à Saint-Pierre, tandis que d’autres hausseront le ton à répétition, un peu plus bas, au conseil municipal...

10:31 | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook

Les commentaires sont fermés.