20/04/2011

J+3

Retrouvailles avec la Musique, après beaucoup de bruit.

Le madrigal en sept parties sur les paroles du Christ en croix de Gounod est un chef d’œuvre.

De Palestrina il a la clarté, de Lassus la légèreté, de Gesualdo la substance, de Mendelssohn la chaleur, de Gounod, enfin, la couleur. Une partition confiée exclusivement aux voix les alliant par  quatre pour finir à huit.  De la sobriété à  la magnificence.

A la première lecture, l’œuvre semble facile. A la seconde, intense, à la troisième surprenante, à l’avant- veille du concert constamment ressourçante. Plus on la chante moins on se fatigue...A puiser sans fin  dans les arcanes de la foi,  de la prière et du mystère. Quelque chose qui sublime les dogmes, les programmes, les règles. Les notes bleues, dirait Chopin. Que des notes bleues.

Ce soir, Générale à Saint-Pierre, tandis que d’autres hausseront le ton à répétition, un peu plus bas, au conseil municipal...

10:31 | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook

19/04/2011

J+2

Deux jours après une campagne particulièrement longue et  ingrate, qui a généré auprès de plus de 11'000 électeurs l’espoir de voir évoluer  le conseil administratif de la ville de Genève vers plus d’équilibre, de démocratie, de sagesse, d’ouverture, on remet les compteurs à zéro.

Depuis 20 ans, Genève a du retard, de l’encombrement, de la lourdeur, de l’inertie. Depuis 10 ans, le parti  libéral s’en préoccupait et finalement, se décidait  A sa décharge, il convient d’observer que  la  proposition  qui nous a spontanément été faite par l’UDC en 2011 n’avait pas été faite en 2007, lors du départ de Pierre Müller. Depuis, on n’entendait que ça : pourquoi ne l’avons-nous pas fait ? Le PDC aurait pu  observer qu’en fonctionnant avec la Droite élargie voici 4 ans, leur candidate, la nôtre, voire, avec une campagne soutenue les deux, passaient à l’exécutif. Aujourd’hui  on a osé. C’était sans compter la création du PLR et  l’effondrement quasi programmé de l’Entente, à l’instar d’autres cantons suisse.

Trop tard ?

La tentative de regroupement des voix PLG UDC n’était pas une tentation. Loin s’en faut. Cela faisait belle lurette qu’elle se préparait, ce qui explique la rapidité de l’opération. Trop tard sans doute.

Ne plus perdre de temps

Il est donc temps, pendant que le fer est encore chaud de rassembler les forces existantes par  étape, dans un calendrier  serré,  afin de fixer nos priorités et de les communiquer aux électeurs. La population attend aujourd’hui des explications sur ce qui s’est passé, observe les conséquences. C’est le moment. Car sinon, quel avenir pour les partis traditionnels ? Voilà enfin bien la vraie question. L’on peine à voir les propositions phares qui émergent. Mon bilan de quelques semaines proches de  l’UDC : des phrases plus courtes, des messages simples – je ne dis pas simplistes – une communication efficace. Avec cela je suis plus forte. Mon bilan de campagne avec l’Entente : de vraies propositions. Elargir le débat est devenu urgent.

Du choc naîtra la lumière.

08:35 | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook

18/04/2011

Parlons peu, mais parlons cash !

La note majeure de cette campagne est aujourd’hui pour moi le renforcement du credo en faveur  de la communication. De la communication cash. Mes enfants la pratiquent, mes parents avant eux. Enfant, j’étais insolente, j’avais besoin de vérité. Artiste, je suis authentique, car j’ai besoin de vérité. En politique, je reste atypique, car j’ai besoin de vérité.

La note mineure ou le bémol de cette campagne, c’est la vulgarité et le mensonge.

Ce qui nous manque aujourd'hui, ce sont des notes claires et des accords justes.

Pour les notes claires : Merci  à l’UDC et à son soutien spontané à l’Entente. Merci à mon parti de l'avoir osé. Merci  à Eric Bertinat  et à son parti de l'avoir partagé.

Pour les notes justes : j'attends que l’Entente communique enfin de manière factuelle et répondent à cette question: L’UDC nous a tendu la  main, ils ne mendiaient pas. Pourquoi  l’avoir refusée?

Et encore : Battons-nous pour une Genève modèle, à la hauteur de ce que d’autres avant nous en ont fait : une ville phare, prospère, libre, pétillante – peut-être encore à venir -  et généreuse ! QUI DIT MIEUX ? Cessons de nous contenter d’en profiter sans la faire profiter.

 Jouons la carte des atouts et pas seulement celle des acquis!

15:06 | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook