29/02/2016

MAH – RIEN N’EST GAGNE

Konrad Witz is.jpgPour notre Musée, rien n’est gagné sauf le doute avec des  problèmes plus que jamais insolubles pour donner un avenir à cette bâtisse.

Aujourd’hui le calendrier immédiat consiste à fermer le Musée. Ni plus ni moins. Le coût de la fermeture : 33 millions par an.  

Auquel vous ajoutez un crédit dit de restauration sèche de 80 à 100 millions aux frais exclusifs de la collectivité. Là on aborde les vrais problèmes, ceux de la capacité ou non de la Ville à les assumer. La réponse est non.

Ensuite la question de son avenir. Historiquement le Musée n’avait jamais été pensé pour rivaliser avec les autres mais pour mettre en valeur nos collections patrimoniales qui sont de très haute valeur : Witz, Hodler, Liotard, Calame, les derniers pharaons du Soudan, l’horlogerie et les instruments anciens que viennent compléter les legs de collectionneurs locaux.  Pour lui donner une place européenne, il s'agit de prendre en compte les intéressés. Le vote  municipal d’hier  ne représente pas le tout Genève, encore moins le Grand Genève ou la Genève internationale. La question se pose donc sérieusement du partage de la tutelle de ce Musée avec le canton, voire au-delà, pour une solution « rapide », rayonnante et financièrement supportable.

Quant aux mécènes et sans doute à l’architecte, ils rejoignent la cour de ceux que la Ville de Genève a si bien su chasser ou rejeter : Calvin (oui, ils l’avaient rappelé mais le Réformateur disait  « Genève, cette croix sur laquelle je me lève chaque jour »), Rousseau et Dunant. Pour eux, le Panthéon se rapproche… Pas pour nous.

09:37 Publié dans Genève | Lien permanent | Commentaires (2) | |  Facebook

Commentaires

Chère Madame,

Tout à fait d'accord avec vous concernant la question de la Geneve internationale, quant aux coûts de fermeture......

Pourquoi toutes ces questions n'ont elles pas été défendues avant la votation avec davantage de mobilisation et de conviction de la part des partis politiques et de la part des comités de soutien?

En tant que modeste citoyenne, j'ai été choquée de la violence des attaques et des propos envers le magistrat responsable du dossier.

Christine Pont

Écrit par : Pont Christine | 29/02/2016

Bien que situé sur le territoire de la Ville de Genève et relevant du Département de la Culture de cette même municipalité, je pense que pour financer la rénovation et l'évolution de ce musée il faut au minimum une approche cantonale.

Je n'entends pas par là que ce soit l'Etat qui en soit désormais chargé et responsable mais plutôt que la Ville de Genève, en association avec les autres communes du canton et l'Etat, élabore ce plan de rénovation et d'évolution du MAH, et donc le financement de celui-ci. Après tout, tant de chose ont changé en 106 années, alors pourquoi pas celle-ci?

Écrit par : Patrick | 29/02/2016

Les commentaires sont fermés.