04/04/2017

LES OUBLIES DE MENDELSSOHN

Deux compositions oubliées de Félix Mendelssohn seront interprétées par le Choeur de la cathédrale ce dimanche 9 avril à 17h30  

TERRE ENFER ET CIEL

Un titre donné par Felix, le compositeur bienheureux, aux derniers fragments d’un Oratorio inachevé qu’il nous a laissé avant de mourir en 1847 à l’âge de 37 ans. Rebaptisé par son frère Paul « Christus », il nous reste aujourd’hui de la partie « terre » un récitatif, un trio et un chœur illustrant l’annonciation, les trois Rois  et la marche à l’étoile. Ainsi que des extraits de la séquence enfer avec un dialogue passionné entre Pilate et la foule sur la condamnation de Jésus suivi du chœur des larmes et d’un choral. Hélas il ne nous reste rien du final « ciel, qu’il n’aura pas eu le temps d’écrire avant que d’y retourner…

LOBGESANG Symphonie - Cantate no 2 op. 52  

Affiche lobgesang 16487780_1028704110568369_8373382018093934617_o.jpgŒuvre incontournable de tous les grands chœurs et orchestres germanophones ou anglophones, cette œuvre exceptionnelle est peu interprétée chez nous. Toutefois, elle intègre à l’instar de Beethoven dans sa 9e symphonie, des chœurs dans la seconde partie, ainsi qu’un hymne non à la joie mais à la lumière dont la mélodie est empruntée à Martin Luther. Une manière de lier la lumière aux Lumières et les Lumières à la Réformation. Toute l’histoire de la famille Mendelssohn. Et la ligne de vie du compositeur qui peut se résumer à « porter la lumière ». Au point que son ami Robert Schumann notera dans ses Erinnerungen an Mendelssohn, que celui-ci semblait avec la parution du Lobgesang avoir tout donné de lui-même et « accompli sa mission ».  Cette musique brillante, joyeuse, d’une écriture quasi théâtrale, faisant jouer les graves et les aigus du bas en haut de l’orchestre pour faire émerger la lumière après la nuit, couronnée au final par l’apparition des chœurs, résonne de manière particulière en ce 500e anniversaire de la Réforme et par ces beaux jours de printemps, une œuvre à ne pas oublier !

 

 

 

16:21 | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook

Les commentaires sont fermés.